En ce qui concerne les cépages, le Château la Voulte-Gasparets est resté heureusement fidèle au Carignan (50%), cépage autochtone traditionnel qui constitue la charpente et l’originalité du vin et dont la rudesse est si bien corrigée par le Grenache (25%), autre cépage traditionnel, ces deux cépages fournissant la caractéristique essentielle du cru Corbières, auxquels s’ajoutent des cépages d’importation relativement récente, le Mourvèdre (15%) et la Syrah (10%). Des cépages particuliers entrent en outre dans l’élaboration des vins blancs : le Rolle, le Grenache, la Roussanne, la Marsanne et le Maccabeu. Ce sont tous des cépages qui composent l’AOC Corbières, obtenue en 1985, à laquelle s’est ajoutée récemment l’appellation Boutenac.

Le raisin y est l’objet de beaucoup d’attention tout au long de sa vie. Surveiller sa croissance, la grosseur de ses grains, enlever quelques grappes, si nécessaire, couper quelques pousses, afin de lui donner de l’air et l’exposer modérément au soleil, telles sont les préoccupations permanentes du vigneron. Tous ces gestes contribuent à limiter les traitements contre les maladies, ce qui permet en particulier de protéger notre environnement. Tous les raisins sont cueillis manuellement, dans le désir de respecter le cep et le fruit. Ils sont ensuite acheminés au chai dans des cagettes, où après un tri rigoureux, ils sont mis entiers en cuve de fermentation pour l’élaboration des vins rouges.

Pour le vin rosé, les raisins sont foulés, logés dans une cuve que l’on saigne, le soir même, afin de récupérer les meilleurs jus, que l’on fera fermenter à basse température.

Les raisins blancs sont mis directement dans le pressoir, les jus issus d’un pressurage délicat, fermenteront eux aussi entre 15° et 16° pour la cuvée Tradition. Depuis 2012, deux nouvelles cuvées ont vu le jour, qui elles, sont vinifiées et élevées pendant 6 mois en barriques neuves.